cadence

Dans la danse s’attisent des vices sans constance mais les sires qu’en stance et tranchent à leur guise les bises s’effritent brûlantes soumises j’épuise exquise mes sens marquise je souffle j’agis à outrance qu’une once qu’importe j’écope les clopes sans syncope j’écourte utilise subtile ta bouche et souple j’aiguise ta coupe ton sourire au râle de ta croupe j’halète arrête au faîte ça fêle élance ma chance quel toupet sauté fouetté enchassé en avance au souhaité écoute ton cou écourté tout perlé tout ourlé sautillent tes cils graciles mes îles ta vague mon soupir je roule tu ris en dessous tu plonges tu grésilles je te goûte belle brindille scintille j’appuie et tu gîs gorgé tu t’essuies d’un revers du jet puis pense j’ai rêvé qu’au travers dans tes airs à ne pas y toucher sans coucher dans ta louche cadence que cuisent tant aimées ta caboche aux couleurs échappées amorce je mords tes braises et t’apaise bien aimé

Leave a Reply