Skip to content →

Allée 3

​Dans l’étoffe du frimas, espérer une miette de printemps, les paupières moites d’un présent qui s’évide

L’absence n’a de sens mais s’étoile et s’éventre, et dans une bouffée aigre, porte des accents de douce douleur

Sans chaîne les flocons les pardons les instants qu’on fixe sans retenir sans retenue jamais ne s’achèvent

Au pied du mur, toujours plus sans issue ; la flèche s’en mord les dents, et l’accueil chute

La roue tourne, mais la suspension à l’étroit, intangible et l’oubli, vivace, succède ; il faut plus, à nouveau ; la cadence décryptée vide la conscience débordée

Mais le vrai ment à raison ? Une drôle d’entourloupe. Nous sommes trop plein, nous sommes en nuit

Les mots la clameur crachoteront moins de rien en des jours meilleurs

Published in Détours Sans Issue (Écriture)